Bivouac Cosaque.
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -54%
PHILIPS HI5910/99 Centrale Vapeur – effet ...
Voir le deal
59.99 €

 

 Il était une forteresse

Aller en bas 
AuteurMessage
Andreas Hofer

Andreas Hofer

Nombre de messages : 469
Age : 35
Localisation : Bourgogne (non loin d'Autun)
Date d'inscription : 25/09/2007

Il était une forteresse Empty
MessageSujet: Il était une forteresse   Il était une forteresse EmptyJeu 10 Mai - 23:45

HRP: Allez, un petit RP sur la forteresse. Que nous remportons une victoire ou subissons une défaite, autant en faire un récit qui pourrait intéresser quelques russes et franskis.
Qu'en pensez-vous?

Je commence (pour une fois Wink ) [nous pouvons mettre nos répliques un peu en désordre, nous ne sommes pas tous arrivés en même temps sur place]:

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le vent sifflait dans les montagnes et les hommes marchaient péniblement. Un peu plus au loin, une imposante construction jurait avec les montagnes environnantes.

"Les franskis ont fait vite pour reconstruire la forteresse." S'exclama l'un des hommes à Joseph Speckbaker, dirigeant la petite troupe de chasseurs tyroliens.

"Bah, nous tâcherons de la détruire encore plus vite, je crois d'ailleurs que cela a été commencé, j'entend des explosions et des coups de canon, occupons-nous plutôt des ennemis terrés dans ce bâtiment." Répondit Joseph.

Marchant encore quelques heures, les chasseurs estimèrent être suffisamment proche de la forteresse, ils pouvaient apercevoir quelques unités ennemies courir sur les murs de la construction. Joseph plaça ses hommes et observa les environs, il semblait y avoir trois unités françaises sur place.
Appelant un homme, il l'envoya porter le message suivant:


Citation :
Sommes en position. Qui devons-nous cibler.

Joseph S.

Puis, continuant d'observer le fort, il put voir quelques échanges de tirs, les sapeurs travaillaient sous les tirs des défenseurs, qui subissaient les tirs des unités cosaques environnantes. De temps à autre, une explosion venait ébranler les fortifications.
Le messager revint alors vers le groupe et annonça:


_Ce sont les cuirassiers, un certain Elrey. Il a déjà subi quelques assauts mais résiste encore.

_Bien, alors en position mes enfants! Nous allons nous payer des cuirasses, visez mieux que d'habitude!

Les cuirassiers, qui avaient déjà subis quelques tirs, couraient un peu plus tout en protégeant, certains venaient en aide à leurs blessés tandis que d'autres cherchaient d'où venaient les tirs. Lorsque les fusils des chasseurs crachèrent leurs balles, un cuirassier semblait observer en direction du groupe.
Une balle du frapper son casque au vu de son mouvement. Un autre cuirassier, qui se trouvait à côté du premier, eu un peu moins de chance, il agrippa sa main droite en hurlant comme un fou.
Le premier cuirassier enlevant son casque l'observa, puis le tendant vers le groupe des tyroliens, il lança:


_Raté! Vous m'avez raté! Trop mauvais les cosaques! Retournez dans les jupes de vos mères!

Dans le groupe, on se posait des questions:

_Qu'est-ce qu'il raconte?

_Que veux-tu que j'en sache?

_Des histoires de français peut-être.

_Il semble s'adresser à nous, faudrait lui dire qu'on ne le comprend pas.

Le français continuait ses apostrophes:

_Elle va tenir mille ans cette forteresse, et nous aussi! Vous allez voir! Eh! Les Cosaques! Vous n'êtes que des Cosaques! Enfin, au féminin, je veux dire... Comment dit-on Cosaque au féminin? Cosaquette?

Joseph lança au groupe, on se fiche de ce qu'il veut nous dire, vous rechargez et vous tirez, avec plus de résultats tout de même. Aussitôt dit, aussitôt fait, les fusils crachèrent leur balles. Malheureusement le résultat fut le même et le français continua ses mots, incompris des tyroliens.

_Et un, et deux, et trois zéro! Qui c'est les meilleurs évidemment c'est les bleus! Aux feuillés les russes! Aux feuillés les russes! Aux feuillés!

Joseph se releva de sa position le premier et lança au groupe:

_Bon, c'est raté les enfants, on monte les tentes et on se repose. Et on n'écoute pas le braillard de la forteresse, quelqu'un se chargera bien de le faire taire.

La bataille de la forteresse ne faisait que commencer pour eux, elle risquait d'être dure.
Revenir en haut Aller en bas
 
Il était une forteresse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bivouac Cosaque. :: Au sein du bivouac :: La taverne-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser